• -HISTOIRE A FAIRE RÊVER.....ET L'HUMOUR DU JOUR.....

     

    COMPATIBILITÉ AMOUREUSE

    entre les signes astrologiques

     

    Femme/Homme

     

    Chaque jour découvrez des nouveaux signes, peut-être

     

    celui qui vous concerne ?

     

    Aujourd'hui:

     

    Femme Gémeaux

    29-04-HISTOIRE A FAIRE RÊVER.....ET L'HUMOUR DU JOUR

    Homme Verseau

    -HISTOIRE A FAIRE RÊVER.....ET L'HUMOUR DU JOUR.....

     

    Femme Gémeaux et homme Verseau peuvent entretenir une relation amoureuse basée sur une compréhension mutuelle. Une attirance réciproque existe entre eux.
    La native Gémeaux appréciera le charme et la sensibilité de son compagnon et celui-ci sera séduit par la beauté de sa partenaire. De nature très indépendants, ils sont attirés par le voyage et l'aventure si bien qu'ils partiront assez souvent et oublieront la réalité.
    Cette attitude menacera l'équilibre du couple. Ils seront désarmés face aux problèmes que leur réservera la vie quotidienne. Très sociables, ils aimeront évoluer au milieu de leurs amis et c'est là que le danger les menacera car l'homme ne connaîtra pas la limite entre l'amour et l'amitié. Sa compagne, très jalouse, prendra ombrage de la relation de son partenaire avec le sexe opposé. Pourtant, elle aime jouer également à séduire ses admirateurs. Son compagnon ne lui en tiendra pas rigueur parce qu'il ne connaît pas la jalousie. Par contre, l'attitude immature de la femme pourra l'exaspérer.
    Le couple femme Gémeaux et homme Verseau, malgré une entente profonde qui les unira, sera plus porté sur les relations amicales que sexuelles. Leur union durera longtemps si les partenaires entretiennent et soignent ce rapport basé sur l'amitié dans leur couple. Le respect que chacun observe vis-à-vis de son partenaire ainsi que l'admiration que ces deux êtres éprouvent pour leur moitié contribueront à consolider leur relation.
    Leurs rapports intellectuels leur serviront également car ils leur permettront de se rapprocher et d'avoir des sujets de discussion enrichissants. C'est dire que leur amour s'exprime plus au niveau de leur tête qu'à celui de leur cœur. Pour retenir sa compagne, il faudra que le sujet Verseau adopte un comportement plus sentimental et plus gai sinon il risquerait de la voir s'ennuyer auprès de lui. Mais au fond d'elle-même, la femme Gémeaux sait qu'elle ne se séparera pas de son partenaire sur un coup de tête. En dépit de tout, elle voit qu'il fera un agréable amoureux qui pourra s'avérer être un époux attentionné. D'ailleurs, le natif Verseau sera capable de lui assurer une vie commode et confortable.

      

    Femme Verseau

    29-04-HISTOIRE A FAIRE RÊVER.....ET L'HUMOUR DU JOUR

    Homme Gémeaux

    29-04-HISTOIRE A FAIRE RÊVER.....ET L'HUMOUR DU JOUR

    Entre les personnages de ce couple, une très bonne entente peut s'établir. Mais étant donné que la femme Verseau et l’homme Gémeaux appartiennent au même signe, celui de l'Air, ils se comprendront davantage sur le plan intellectuel que sur celui de la sensualité. Ils seront donc très proches et complices s'ils restent dans ce domaine. Leur union durera et s'épanouira en se tournant beaucoup plus vers cette affinité amicale. La femme Verseau sera attirée par cet homme de part le côté charmeur du Gémeaux qui fascine plus d'une, mais également par le sens de curiosité qui leur est commun. Le natif sera sensible à la douceur et en même temps à la vivacité de sa compagne. Comme ils sont tous les deux d'une nature très généreuse et indulgente, ils peuvent alors se supporter et tendre vers un même but. Cependant, le caractère un peu léger de l'homme Gémeaux pourrait entraîner une situation conflictuelle dans leur relation. En effet, la native est capable d'adopter une attitude un peu sévère et de se montrer tenace dans ses décisions. Si son compagnon se met à la trahir, elle décidera de couper leur lien sans élever la voix et sans faire une crise de jalousie. Puisqu'elle n'est pas jalouse de nature et qu'elle est avide de liberté, elle préférera son indépendance au lieu de subir l'infidélité de son compagnon. Celui-ci, de par sa nature un peu immature pourrait se lasser très vite de ses amours et rechercher ainsi à chaque fois la nouveauté. Mais s'il veille à ce que sa conduite ne blesse pas l'autre, ils vivront sereinement. D'ailleurs, il apprécie énormément certaines des qualités de sa compagne. De son côté, si la femme arrive à retenir par son intelligence et sa sensibilité cet homme un peu volage, leur union n'en souffrira pas. Ces sujets sont des êtres de la communication, ils peuvent entretenir de bonnes relations avec les amis qui les entourent et d'ailleurs, ils ont besoin de ceux-ci. Ce trait de caractère les rapproche beaucoup si bien qu'ils y réussissent mieux. Toutefois, leurs grandes aspirations pour la liberté peuvent les amener à les éloigner de la réalité et faire face à celle-ci pourra s'avérer difficile. Si vraiment la vie à deux s'avère impossible, ils se sépareront en bon terme et resteront de bons amis pour longtemps.

     

    -Histoire à faire rêver.....et l'humour du jour

    Je vous rappelle que:

    Ces histoires proviennent d'un groupe de personnes issues de formations scientifiques diverses qui ont en commun la diffusion du goût de la lecture chez les plus jeunes aussi bien que chez les plus âgés. Elles s’adressent à tous ceux qui aiment lire et qui, en plus, ont envie de rêver… et de réfléchir. Les histoires sont choisies en fonction de leur contenu et proposent une réflexion sur les principes éthiques fondamentaux de notre monde et sur des valeurs telles que la paix, la solidarité, le respect envers soi-même et autrui, la délicatesse, la responsabilité, parmi bien d’autres. 

    Les mots roses et les mots gris

    Un jour, on ne sut trop pourquoi cela arriva brutalement, les mots roses disparurent de la planète.

    Les mots roses ? Ce sont les mots gentils, « Merci », « Après toi », « Je t’en prie », « Tu comptes tellement pour moi ». Des mots si sucrés qu’ils sont comme des fils de barbe à papa dans le cœur. Était-ce l’œuvre du Magicien Gris qui n’aimait que le salé, le piquant, l’amer ? Non... C’étaient les hommes qui préféraient, va savoir pourquoi, les mots piquants, amers, salés !

    À cette époque, sur la Terre, il y avait des boutiques de mots roses et de mots gris. Les marchands de mots roses vendaient des « Je t’aime », « Je pense à toi », « Merci beaucoup », « S’il te plaît », « Après toi, je t’en prie »… Pour les marchands de mots gris c’était plutôt « Crotte de bique », « Face de rat crevé », « Pue-du-hec »...

    Au début, on acheta beaucoup plus de mots roses que de mots gris. Les marchands de mots roses faisaient des affaires, et la Terre embaumait une délicieuse odeur de barbe à papa. Les marchands de mots gris se morfondaient, car on venait chez eux qu’une ou deux fois par an, pour les grandes brouilles.

    Pourtant, un jour, curieusement, les hommes se mirent à acheter des mots gris. Il y avait la crise de l’emploi, la grève des cœurs. Les patrons achetaient beaucoup de « Allez vous faire voir ailleurs, vous êtes viré, mon vieux », « Merci pour ce que vous avez fait, mais prenez la porte ». Il y avait les guerres entre les familles, les divorces, les couples qui ne s’entendaient plus. La jalousie entre frères, les bouderies... On achetait des « Je ne t’aime plus », des « C’est fini ». Dans les magasins de mots roses, il y avait des invendus de « Merci », de « S’il te plaît », « Je t’en prie », « Je t’aime »…

    – Au diable les mots doux, disaient les hommes. Ils coûtent cher et ne t’apportent rien.

    Les marchands de mots roses, désolés, ne savaient plus où les entreposer.

    Les boutiques roses fermèrent les unes après les autres : « Tout doit disparaître », « Fermé pour cause de deuil », « Soldes en gros », « Quinze mots roses pour le prix d’un ». Mais, même à prix modiques, ils n’intéressaient plus personne. Les boutiques de mots gris, elles, prospéraient. Car, c’est bien connu, les vilains mots sont contagieux. Lances-en un dans une cour de récréation, tu en recevras dix !  On créa  même des  boutiques spécialisées en gros mots, rires gras, insultes noires. Et les marchands gris travaillaient jour et nuit pour dénicher les perles rares, les mots les plus horribles et les plus méchants ! « Hippopotame aux dents noires », « Tu pues la morue », etc.

    Craignant d’être à sec, ce qui arrive en temps de guerre, les gens se mirent à faire des conserves de mots gris. On les congela par douzaines, on les empila dans les placards de la cuisine, dans les armoires, sous les lits.

    Et, hop, à la moindre brouille, au plus petit ricanement, à la moindre querelle, on allait puiser dans son stock : « La ferme ! », « Ta tête en accordéon », « Caille déplumée », « Relent de maquereau », « Haleine d’oignon », « Sinistre crétin », et « J’en passe ».

    Les anniversaires se déroulaient dans les pires insultes. On chantonnait : « Mauvais an-ni-ver-saire, mauvais an-ni-ver-saire » en lançant une bombe de gros mots au milieu de la fête. Chez les grands, pour fêter la nouvelle année, on trinquait avec du jus de chaussettes noires en ricanant :

    – Mon vieux, je te souhaite une année pourrie... Et surtout, une très mauvaise santé !

    Et, quand on ouvrait les cadeaux, c’était un concert de gémissements :

    – Mais comme c’est moche ! Comment as-tu trouvé une idée aussi nulle ? C’est vraiment le cadeau que je redoutais le plus.

    Avant  l’école, les  enfants  se ruaient dans  les magasins gris pour remplir leurs poches de gros mots, en prévision de la cour de récréation. Avant les vacances, on venait aussi, chez les grands, remplir ses bagages de mots gris, ricanements imbéciles, que l’on jetait par la portière sur l’autoroute, entre les sandwiches et le café, pendant les embouteillages : « Hé ! face de rat ! T’as eu ton permis dans une pochette-surprise ? »

    Sur Terre, l’atmosphère était glaciale. Le Soleil qui craint l’impolitesse et les volées de bois vert, refusait désormais de sortir. Il se souvenait d’autres temps, où on l’accueillait à bras ouverts :

    – Oh ! Il fait beau ! Comme ça fait du bien ! Merci mon bon Soleil... Oh, mon Dieu, j’adore le Soleil.

    Au lieu de quoi il entendait, aujourd’hui :

    – Fait chaud... Fait trop chaud... Ah là là, keskifait cho.

    Alors, les nuages envahirent le ciel et la Terre sombra dans une période glaciaire. Tout le monde eut froid : on refusa désormais de se déshabiller, on ne faisait plus de câlins, on ne faisait plus de bébés. Comme la Terre était triste, sans fleurs ni mots roses !

    Pourtant, quelque part, un petit garçon ne voulait pas se résoudre aux mots gris. Peut-être parce que, dans sa poche, subsistait un petit mot rose à moitié gelé.

    « Moi, disait Pierre, je ne veux pas de ce monde où plus personne ne chante ; où on ne dit ni bonjour, ni merci, où il fait froid, toujours froid. Je vais revoir le Soleil. »

    Le petit  garçon  marcha longtemps, escalada des collines gelées, des petites et des hautes montagnes, des volcans éteints. Enfin, après des mois et des mois, fourbu, gelé, épuisé, il arriva tout près des nuages.

    – Toc, toc, fit-il, je cherche le Soleil.

    – Oh oh, dit le nuage en chef, qui avait pris possession du ciel gris. Voyez-vous ça… un petit bonhomme ridicule qui cherche môssier le Soleil ? Mais le Soleil n’y est plus pour personne ! Depuis que les mots gris ont pris le pouvoir, c’est nous, les nimbus et cumulus, qui sommes les chefs.

    Il bomba le torse et lui ferma la porte au nez.

    Le petit garçon s’assit, tout étourdi. Comment se défendre ?

    Il n’avait pas emporté l’ombre d’un mot gris dans sa poche. Alors, il se mit à pleurer.

    Le nuage le regarda, surpris : il n’avait vu personne pleurer depuis longtemps ! Dans cet univers glacial tous les yeux étaient gelés, les cœurs étaient froids.

    – Arrête immédiatement ! gémit le nuage. Sinon je vais faire tomber une averse ! (Car les nuages ont très facilement la larme à l’œil).

    Finalement, chamboulé de l’intérieur, il décida de l’aider.

    – Tiens, lui dit-il. La petite tache jaune, là-bas, c’est le Soleil.

    Pierre ouvrit les yeux et vit, en effet, une boule de billard perdue dans l’étendue bleue : c’était le Soleil qui était en train de disparaître, à force de mauvais traitements.

    À bout de forces, le petit garçon se rendit encore vers la petite boule jaune.

    – Bonjour, dit-il au Soleil. Je suis venu te chercher. Tout est devenu gris sur la Terre. Nous avons froid, nous avons mal. Nous ne rions plus jamais, nous ne disons plus jamais de mots gentils. Il faut que tu reviennes.

    Le Soleil leva un minuscule œil.

    – Il n’est pas question que je revienne. Les impolitesses et les incivilités, ça me tue. Bonsoir, je retourne me coucher.

    – Non ! supplia le petit garçon. On gèle, sur Terre, sans toi ! Nos maisons sont froides et nos cœurs gelés. Reviens, je t’en prie.

    Et le petit garçon sortit de sa poche son petit mot rose tout gelé : « On t’aime. »

    – Mmm, mmm, fit le Soleil qui en eut un peu de rose aux joues. Tu dis cela pour me flatter, n’est-ce pas ?

    – Non, soupira le petit garçon.

    – Évidemment, dit le Soleil en haussant une épaule. Évidemment ! Comment vivre dans un monde tout noir, où chacun hurle, vocifère ? Où personne ne dit « merci », « s’il te plaît », « c’est très bon », etc. ? Ça fait froid partout dans le cœur. Je me souviens d’une époque… où il y avait des mots roses partout, de la lumière partout dans les cœurs. En tenant la porte, on se disait « merci », et pas « crotte de bique ». Ah, c’était le bon temps.

    Et le Soleil et le petit garçon se mirent à soupirer ensemble, en pensant à la « période rose ».

    – Il faut que tu reviennes, insista Pierre.

    – Je suis d’accord pour un essai, bougonna le Soleil. Mais jette d’abord ces mots roses sur la terre. Ainsi, mon retour sera plus agréable.

    Le Soleil donna au petit garçon tout un stock de mots roses : « Je t’en prie », « C’est vraiment gentil », « S’il te plaît », « Je t’aime très fort », « Mon amour adoré », « Amour de ma vie », « Après toi », etc. Le petit garçon les glissa dans ses poches, dans sa bouche, dans son chapeau, dans son écharpe, dans ses chaussettes, partout ! Autant qu’il pouvait en tenir.

    Il revint sur Terre et les distribua au petit bonheur la chance.

    Soudain, dans les embouteillages, on se remit à déplier les petits papiers roses : des « Après vous, je vous en prie », « Comme il fait beau, n’est-ce pas ? », « Allez-y, je ne suis pas pressé ! »…

    Dans les cours de récré, on entendit à nouveau des rires gentils, des « Toi, t’es mon meilleur copain », des « Bien sûr, tu peux jouer avec nous, avec plaisir ! »… À la maison, les enfants recommencèrent à dire des mots roses : « Merci, maman », « S’il te plaît », « Excuse-moi, je n’y pensais pas »… Pendant les goûters d’anniversaire, on chantait gaiement, et on se remettait à formuler des vœux de bonheur et de santé pendant les réveillons de fin d’année.

    Le Soleil recommença à briller et à se coucher dans son nuage rose tous les soirs.

    Et, je te le jure, les marchands de mots roses se remirent à faire fortune ! On créa même d’autres magasins spécialisés : en sourires, en soupirs de bien-être, en politesse, en courtoisie, en  civilité... Ça  fit  un  peu  comme  de  la barbe à  papa dans le cœur.

    Quant aux mots gris, devant tant de bonheur, ils détalèrent de toutes leurs pattes grises et velues. Et quand l’un d’eux venait pointer le bout de son nez, je te le garantis, il ne restait jamais très longtemps…

    Sophie Carquain

    Petites histoires pour devenir grand

    Paris, Albin Michel, 2003

    29-04-HISTOIRE A FAIRE RÊVER.....ET L'HUMOUR DU JOUR

    Erreur d’adresse e-mail…
    Un couple de parisiens décide de partir en week-end à la plage et de descendre au même hôtel qu’il y a 20 ans, lors de leur lune de miel.

    Mais, au dernier moment, à cause d’un problème au travail, la femme ne peut pas prendre son jeudi. Il est donc décidé que le mari prendrait l’avion le jeudi et sa femme le lendemain.

    L’homme arrive comme prévu et après avoir loué la chambre d’hôtel, il se rend compte que dans la chambre, il y a un ordinateur avec connexion Internet. Il décide alors d’envoyer un courrier à sa femme. Mais il se trompe en écrivant l’adresse. C’est ainsi qu’à Perpignan, une veuve qui  vient de rentrer des funérailles de son mari mort d’une crise cardiaque  reçoit l’émail.

    La veuve consulte sa boîte aux lettres électronique pour voir s’il n’y a pas de messages de la famille ou des amis. C’est ainsi qu’à la lecture du premier d’entre eux, elle s’évanouit.

    Son fils entre dans la chambre et trouve sa mère allongée sur le sol, sans connaissance, au pied de l’ordinateur.

    Sur l’écran, on peut lire le message suivant:

    A mon épouse bien-aimée, Je suis bien arrivé. Tu seras certainement surprise de recevoir de mes nouvelles maintenant et de cette manière. Ici, ils ont des ordinateurs et tu peux envoyer des messages à ceux que tu aimes. Je viens d’arriver et j’ai vérifié que tout était prêt pour ton arrivée, demain vendredi. J’ai hâte de te revoir. J’espère que ton voyage se passera aussi bien que s’est passé le mien.
    P.S.: Il n’est pas nécessaire que tu apportes beaucoup de vêtements: il fait  une chaleur d’enfer ici

    29-04-HISTOIRE A FAIRE RÊVER.....ET L'HUMOUR DU JOUR

      

  • Commentaires

    1
    Mercredi 29 Avril 2015 à 00:09

    Hé bien moi j'aime les mots roses et je les emploie souvent.......

    Je suis tres attachée aux mots roses........

    Bon allez dodo !! bisous

    2
    Mercredi 29 Avril 2015 à 04:37

     

     

     

    Bonjour  Maurice 

    Personne ne peut arreter le progrès

     

     

    Avant dernier jour de la semaine

    Ainsi que celui du mois

    Avant de commencer

    Les semaines de quatre jours

    Les week end a rallonges

    Bon mercredi a votre convenance 

     Amitiés 

        56MELDIX77    

       le Briard     Breton     

    http://56meldix77.eklablog.com/ 

     

    http://aveclaphoto.eklablog.com/ 

    3
    Mercredi 29 Avril 2015 à 07:13

    Merci MADAME Sophie Carquain  et oui  , de moins en moins de mots roses quel dommage !!!!!!!!

    Mon vacancier repart vers 23h il préfère rouler de nuit , il a bronzé un peu hihihihi  Bonne journée  bises 

    bientôt 

    4
    Mercredi 29 Avril 2015 à 09:06

    Oui, je crois que j'ai déjà lu cette histoire de mail... sincèrement c'est bien rigolo, car en plus c'est réalisable...

    Amitiés

    Jean

    5
    Mercredi 29 Avril 2015 à 09:10
    LADY MARIANNE

    un coucou rapide-
    des papiers à faire , et nous sortons pour la journée !!
    les mots gris à supprimer du vocabulaire !!
    gros bisous

    6
    Mercredi 29 Avril 2015 à 11:22

     coucou Momo

     

      pas mal l'erreur du mail!! mon Dieu lol

     Bien oui l'amour ça ne se calcule pas,  on aime ou pas  pour moi c'est ça!!

     mais sans oseille lol que veux-tu faire!! même pas envoyer un mail ..

     bon mercredi

     bises

    7
    mauricette
    Mercredi 29 Avril 2015 à 21:28

    Bonsoir maurice,


    Belle lecture avec les mots rose.


    L'email je le connaissais déjà, mais c'est vrai qu'il faut faire attention.


    Bonne soirée, bisous à+.

    8
    jeannot et m christi
    Mercredi 29 Avril 2015 à 22:59

    jolie histoire les mots roses , pas mal le coup du e.mailhe, et oui on aime comme on peut   non ,        bisous a vous

    9
    Mercredi 29 Avril 2015 à 23:01

    Me voilà un peu tardivement, j'espère que vous avez passés une bonne journée, chez nous pas de pluie mais il a fait froid. Une magnifique histoire. Bisous bonne soirée et bon jeudi a vous deux ainsi qu'a toute la famille

    10
    Jeudi 30 Avril 2015 à 00:22

    rares sont les mots roses maintenant et on est tout étonné d'en entendre encore surtout venant de la bouche d'un enfant

    11
    Jeudi 30 Avril 2015 à 12:24

    ah oui je mesuis trompé alors, mais le nom lui ressemble !! boses

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :